Malgré la crise croissante, la semaine dernière a été l'une des plus encourageantes de ma carrière.

Nous avons vu des individus de l'industrie manufacturière et du monde entier se mobiliser et agir de manière désintéressée pour leurs communautés.

Si la semaine dernière a confirmé ma foi en la bonté des gens, elle a également confirmé une observation moins rose : nos systèmes de fabrication n'ont pas été conçus pour cela.

COVID-19 et l'arrêt de l'économie qui s'en est suivi ont mis une énorme pression sur l'industrie manufacturière. Malgré cela, nous sommes au milieu d'une mobilisation sans précédent dans l'histoire récente. Les organisations font tout ce qu'elles peuvent pour augmenter la production en dépit de la rupture des chaînes d'approvisionnement, des limitations de la main-d'œuvre et de l'évolution rapide de la demande.

Le moment que nous vivons est propice à l'action, mais aussi à la réflexion. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment allons-nous réagir ? Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous avons actuellement l'occasion, une fois par génération, de transformer nos systèmes de fabrication pour le mieux. Pour que cela se produise, il faut répondre correctement à ces questions.

https://cdn.brandfolder.io/GDDASP4K/at/kkbb496xvg5q36tc59wkrfkn/Shifting_Production_Masks_Illustrationpng.png

Comment en est-on arrivé là ?

Il est impossible de résumer en quelques centaines de mots la dernière décennie dans le secteur manufacturier. Pour moi, cependant, deux tendances ont exercé une influence considérable.

Des systèmes mondiaux complexes et interconnectés

Au cours de la dernière décennie, les marchés manufacturiers sont devenus extraordinairement complexes. Cela est vrai pour les chaînes d'approvisionnement qui transportent les matières premières et les produits finis, ainsi que pour les exigences des consommateurs qui influencent ce qui est fabriqué en premier lieu.

Examinons d'abord les chaînes d'approvisionnement.

C'est un truisme de dire que les chaînes d'approvisionnement sont plus complexes que jamais.

La forme évidente de cette complexité est la portée mondiale. Si nous examinons la liste des fournisseurs d'Apple à titre d'exemple - utile ici à la fois parce qu'elle est accessible au public et pour la maîtrise de la gestion des opérations de l'entreprise - nous voyons des dizaines de pays, cinq continents et des centaines de fournisseurs uniques. Ajoutez à cela les fournisseurs de ces fournisseurs et vous obtenez un système étroitement imbriqué et interdépendant. C'est une véritable merveille moderne.

Mais ces mêmes interdépendances qui rendent les chaînes d'approvisionnement si impressionnantes les exposent également - sans mauvais jeu de mots - à des réactions en chaîne en période de perturbation.

Pour voir comment cela s'applique à la crise actuelle de la santé publique, il suffit de regarder les entreprises spécialisées dans la fabrication de ventilateurs.

Dans un article récent, le New York Times a noté que Medtronic, l'un des principaux fabricants de ventilateurs, s'appuie sur une chaîne d'approvisionnement complexe et mondiale caractéristique de notre époque. Un seul ventilateur nécessite 1 500 pièces uniques provenant de 14 pays différents.

L'accent mis sur la distribution mondiale peut toutefois masquer une autre forme de complexité : la compression.

Les fabricants sont devenus des experts dans l'élimination des étapes sans valeur ajoutée de leurs chaînes d'approvisionnement. Ils y sont parvenus grâce à la gestion des stocks, à la consolidation et à la diversification des fournisseurs à tour de rôle, et aux prévisions de production, entre autres.

En conséquence, ces chaînes d'approvisionnement sont plus efficaces dans des conditions normales d'exploitation (et même dans des conditions moins normales) mais moins résilientes en période de crise durable. Il y a moins de stocks disponibles et les connexions soigneusement optimisées peuvent se rompre lorsque plusieurs fabricants répondent à des pics irréguliers de la demande et à des pénuries de matériaux.

Tout cela pour dire que les fabricants sont confrontés à un ensemble de forces externes extrêmement complexes dans l'exécution de leur travail de base : faire entrer et sortir les matériaux et les marchandises.

Systèmes de fabrication complexes et interconnectés

Que se passe-t-il alors lorsque nous oublions le monde extérieur et que nous regardons à l'intérieur de l'usine ?

En plus des contingences externes, les systèmes de fabrication militent à leur manière contre les changements rapides de production.

Tout d'abord, de nombreux fabricants s'appuient encore fortement sur des méthodes analogiques pour observer et analyser leurs opérations. Il n'y a rien d'intrinsèquement mauvais avec le papier ou les tableaux blancs. Mais ce n'est tout simplement pas le moyen le plus rapide de comprendre et de modifier des processus de production sophistiqués. Dans des moments comme le nôtre, où la rapidité compte, le papier tue.

Lorsque des systèmes de fabrication avancés existent, ils peuvent également constituer des obstacles à une évolution ou une mise à l'échelle rapide. Les logiciels de fabrication ont historiquement privilégié la portée par rapport à la facilité d'utilisation. Ces systèmes peuvent peser très lourd, en gérant et en suivant les chaînes de valeur de la fabrication, de la matière première au produit fini.

Et pourtant, ils sont extrêmement complexes. Ces systèmes sont construits sur mesure - ou achetés avec des modules et des fonctionnalités prêts à l'emploi, ce qui entraîne un ensemble différent de difficultés - pour chaque usine. Il faut parfois des années aux développeurs, aux ingénieurs et aux consultants pour finaliser le projet. Chaque ligne de code a tendance à s'adapter aux autres, de sorte que de petits changements peuvent se répercuter en aval de manière imprévisible. Apporter des changements exige un temps considérable pour la définition de la portée, l'élaboration de scripts et la validation.

Ces systèmes sont déjà mis à rude épreuve par les exigences du marché, comme les cycles de vie courts des produits, les cycles rapides d'introduction de nouveaux produits et la demande de personnalisation. Ce qui se passe actuellement, c'est une intensification radicale de chacune de ces demandes du marché.

Par exemple, passer des voitures aux masques faciaux est une forme extrême d'introduction de nouveaux produits. Transférer toutes les ressources vers les ventilateurs revient à fonctionner sur des cycles de vie de produits de plus en plus courts.

Cependant, la nécessité actuelle de modifier la production à tout moment met les systèmes de fabrication à rude épreuve.

En bref, les fabricants sont confrontés à des difficultés d'origine interne et externe.

La question qui se pose alors est la suivante : quelle sera la prochaine étape ?

Une solution

À ce stade, nous devons donc nous demander : que pouvons-nous apprendre de ces tendances ? Que peuvent faire les fabricants dès maintenant pour s'armer contre les perturbations actuelles et se préparer à ce qui va suivre.

Numérisation de base

La rapidité et la flexibilité sont impératives. L'une des premières choses que les fabricants peuvent faire est donc de créer une base de numérisation dans leurs opérations.

Il existe plusieurs façons d'y parvenir, mais ce qu'il faut retenir, c'est que la rapidité et la flexibilité ne sont pas possibles sans données de qualité et facilement accessibles. Un analyste d'ARC a récemment formulé ce point de manière concise.

"La fabrication agile et flexible nécessite des technologies numériques pour fournir la vitesse nécessaire pour répondre rapidement aux demandes changeantes du marché et les données sur lesquelles prendre ces décisions, en cas de crise ou dans des circonstances normales. Elle nécessite également une intégration profonde des systèmes disparates en amont et en aval de la chaîne de valeur, notamment dans le cas du COVID-19, lorsque des vies incalculables peuvent être en jeu."

La numérisation n'est pas une panacée. Les organisations numériques ne sont pas à l'abri des perturbations. Mais elles sont mieux placées pour absorber les chocs et s'adapter. Elles ont accès à de nouvelles formes de résolution des problèmes. Et elles sont bien plus à même de revenir à la normale lorsque les conditions se stabilisent.

Des outils pour le travailleur de première ligne

Les systèmes de fabrication n'ont pas été conçus pour être faciles à utiliser. Rarement, voire jamais, ils n'ont donné la priorité à l'expérience utilisateur. Et pourtant, c'est exactement ce qu'il faut pour améliorer la rapidité et la flexibilité.

Alors que des usines ferment temporairement leurs portes pour protéger la sécurité des travailleurs, il ne fait aucun doute que la fabrication reste, comme elle l'a toujours été, une industrie humaine.

Les outils de fabrication doivent permettre aux travailleurs de s'approprier leurs processus. Les flux de développement actuels (de l'ingénieur à l'informatique puis aux développeurs) ne sont pas assez rapides. Et les informations se perdent dans les traductions.

Les outils de fabrication doivent libérer les connaissances profondes détenues par la main-d'œuvre de première ligne.

Remise à niveau rapide des compétences et recyclage

La réorientation de la production ne consiste pas seulement à concevoir de nouvelles cellules et de nouveaux flux de travail. Il s'agit aussi de faire en sorte que tous les membres de l'entreprise soient à la hauteur.

Il est donc impératif que la formation soit, A.) facile à concevoir et à itérer, B.) le reflet des processus de production réels, C.) accessible de n'importe où (imaginez à quelle vitesse nous pourrions avancer si les employés pouvaient se former à de nouveaux processus tout en restant chez eux ?)

Dans ce contexte, les initiatives de recyclage et d'amélioration des compétences, vastes et ouvertes, sont aussi importantes que les programmes internes et ciblés.

La fabrication ne sera jamais aussi flexible que sa main-d'œuvre. Ainsi, lorsque nous réfléchissons à l'avenir, nous devons nous demander ce que nous pouvons faire pour que notre personnel nous accompagne.

Nous sommes tous des développeurs de logiciels maintenant

J'ai mentionné à plusieurs reprises dans ce billet la lenteur des cycles de développement logiciel. C'est parce qu'ils constituent l'un des plus grands obstacles à une fabrication agile.

Une façon d'accélérer la production est de donner aux travailleurs des outils sans code. Nous avons vu cela se produire avec des plateformes comme Salesforce. Avec Salesforce, les experts en la matière (les vendeurs) ont soudainement été en mesure de concevoir des applications et des modules pour leur travail unique. En conséquence, la profession a évolué de bas en haut, le travail pénible étant échangé contre des processus plus efficaces et plus précis.

L'industrie manufacturière doit responsabiliser les travailleurs de la même manière. Les travailleurs de première ligne doivent être en mesure de concevoir des logiciels pour leurs processus uniques. Ce logiciel doit être capable de relier les capteurs et les flux de données de l'atelier aux systèmes dorsaux (MES et ERP, par exemple).

Si cela est possible, tout l'est.

Ce à quoi pourrait ressembler la prochaine décennie

La comparaison entre notre situation actuelle et la mobilisation de guerre est hyperbolique. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour l'éviter, mais je veux l'invoquer contre mon meilleur jugement afin de souligner le potentiel de transformation structurelle des industries.

Je vous prie donc d'accepter cette comparaison pour deux paragraphes seulement.

Les projets lancés et les systèmes construits pendant la Seconde Guerre mondiale ont jeté les bases de la période d'épanouissement humain la plus longue de l'histoire. La naissance d'une classe internationale de consommateurs, de systèmes économiques et de production mondiaux et l'amélioration de la qualité de vie ont tous été facilités par la mobilisation humaine et industrielle.

En pensant de manière optimiste, que se passerait-il si ce moment était à l'origine d'une modernisation massive de la fabrication ? Quelles bases d'un nouvel épanouissement pourrions-nous commencer à poser aujourd'hui ? Dans quelle mesure serions-nous mieux préparés à la prochaine crise ? Et la suivante ?

Il y a aussi une question plus urgente qui se cache sous la surface : Si ce n'est pas maintenant, quand ?

Ce que COVID-19 a fait, c'est mettre les défauts mineurs des systèmes de fabrication sous un microscope. Les conceptions et les dépendances qui étaient visibles dans des conditions normales d'exploitation sont maintenant exposées sans ambages.

Mais tout cela est hypothétique pour le moment.

Pour l'instant, nous sommes là où nous sommes. Et nous sommes (probablement) au début d'un long combat qui exigera innovation et coordination à grande échelle. Donc, dès maintenant, dans nos communautés, nos foyers et nos usines, nous devons prendre soin les uns des autres et faire notre part pour assurer notre sécurité.

Une nouvelle fabrication serait une lueur d'espoir.

Assurez l'avenir de vos opérations grâce à un système d'applications flexibles et sans code.

Découvrez comment vous pouvez obtenir une visibilité en temps réel de vos opérations grâce à un essai gratuit de 30 jours.

Day in the life CTA illustration